Discours d’investiture de Jean-Paul Mira

j_p_miraJe suis très honoré et très fier d’accéder à ce poste de président de la SRLF. Je suis également conscient de la responsabilité que cela représente et du travail à accomplir durant les deux prochaines années. Cependant je suis confiant dans mes chances de réussite dans les objectifs que je me suis fixé.
Je suis confiant parce que durant les deux dernières années j’ai énormément appris auprès de Pierre-François Laterre et de Xavier Monnet. Je voudrai ici leur renouveler mes sincères remerciements.
Je suis confiant parce que je suis entouré d’un bureau et d’un conseil d’administration compétent, plein de talents et motivé.
Je suis confiant parce que depuis deux ans que je suis au CA, j’ai pu mesurer le travail formidable effectué dans les différentes commissions de la société, qui sont le moteur de tout changement.
Je suis confiant parce que la société possède une administration formidable dirigée avec expérience par Chantal. Je les remercie également ici.
Quel programme pour ces deux ans ?
D’abord poursuivre la politique de rapprochement avec la SFAR et la SFMU. Ce sont nos partenaires et nos collègues au quotidien. La réforme des DES va établir d’autres relations et il nous semble que les sociétés savantes doivent accompagner ce changement académique. Ainsi, nous venons de signer une convention avec la SFMU qui devrait favoriser le double membership entre SRLF et SFMU. Nous allons également travailler ensemble avec ces deux sociétés pour faire face à un problème que rencontre de plus en plus fréquemment nos membres pour se rendre dans les commissions de la société. Les directions médicales regardent de près les emplois du temps des PH et les activités dans les sociétés savantes ne sont pas clairement individualisés. Ce problème est encore plus marqué pour les paramédicaux. La SRLF n’est pas une société de PUPH. Nous devons favoriser l’implication de nos collègues PH, Kiné et IDE.
Le congrès est le grand événement de notre société. J’aimerai proposer quelques changements pour 2017. Mettre en avant non seulement une société européenne comme nos collègues italiens cette année, mais aussi une spécialité médicale avec qui nous partageons nos patients. Ceci permettra de renforcer le caractère MI de notre spécialité. Je proposerai également à la CS de réfléchir sur un changement de format de nos sessions en favorisant des sessions plus courtes.
Notre spécialité change, les patients changent et la formation est indispensable.
Mais le congrès n’est pas tout. D’abord parce que nous devons assurer la permanence des soins et seulement une partie des réanimateurs peut se rendre à ce congrès. Alors les formations organisées par la COF sont essentielles. Nous allons faire des efforts considérables pour augmenter le succès de ces formations. De la même façon nous allons faire de nouvelles formations pour les IDE. La formation ce sont aussi les journaux de la société. Nous proposerons que les sommaires des journaux soient diffusés par défaut aux membres de la société. Un simple clic permettra de vous désinscrire si cette initiative ne vous convient pas.
Enfin je voudrai que nous commencions à réfléchir à développer des outils pour augmenter la qualité des relations avec les familles de nos patients et améliorer le mieux vivre dans la réanimation. J’aimerai que l’on mette à disposition des unités qui ne les ont pas des livrets d’accueil à personnaliser, des recommandations pour passer en ouverture 24/24, des livrets d’accueil destinés aux enfants, etc

Enfin un des grands chantiers de ces deux prochaines années va être de trouver une remplaçante à Chantal. Incroyable, mais cette jeune fille intemporelle va nous quitter pour s’occuper d’elle et des siens. Son rôle dans la société est si important que nous allons rapidement réfléchir au profil souhaité pour son successeur. Une période de transition sera surement nécessaire.
Cela va être difficile et compliqué mais c’est indispensable pour que nous envisagions ensemble la réa de demain. Une réa qui sera connectée, une réa qui fera face à de nouveaux challenges car nous inventons aujourd’hui les patients de demain, et nous allons devoir inventer les nouveaux moyens de les traiter. Pour cela nous nous tournerons vers nos plus jeunes collègues et ceux en formation. Nous les intégrerons dans notre maison dès leur naissance, pour qu’ils y grandissent et qu’ils construisent celle de demain.

Jean-Paul Mira

Dernière mise à jour : 26/01/2016