Epreuve de sevrage avant extubation : des nouveaux résultats et du changement pour tous ? par le Pr Arnaud W Thille

Le JAMA publie une grande étude randomisée (1153 patients) comparant 2 stratégies de sevrage de la ventilation mécanique 1 : extubation après une épreuve de sevrage facile de 30 minutes en aide inspiratoire à 8 cm H2O sans PEP, ou après épreuve difficile de 2h en ventilation spontanée sur tube en T.

La proportion de patients extubés après la première épreuve de sevrage était plus élevée en aide inspiratoire qu’en tube en T (93% vs. 84%, p<0.001). Ce résultat est attendu car l’effort respiratoire est plus faible en aide inspiratoire.2 Cependant, le taux de réintubation restait identique à 72h (11%), et un plus grand nombre de patients étaient extubés sans réintubation à 72 h (critère principal) dans le groupe aide inspiratoire (82% vs. 74%, p=0.001).

Ce résultat est important pour les patients faciles à sevrer. Est-ce applicable pour tous ? Pas sur…car la proportion de sevrage simple (extubation après une première épreuve de sevrage) était particulièrement élevée, et le taux de réintubation particulièrement bas malgré l’absence de ventilation non invasive ou d’oxygénothérapie à haut débit en post-extubation.  En conclusion, chez les patients faciles à sevrer et à faible risque de réintubation, une épreuve facile accélère probablement le sevrage sans augmenter le risque de réintubation.  Mais qu’en est-il des patients à haut risque ?

Pr Arnaud W Thille

Références

  1. Subira C, Hernandez G, Vazquez A, et al. Effect of Pressure Support vs T-Piece Ventilation Strategies During Spontaneous Breathing Trials on Successful Extubation Among Patients Receiving Mechanical Ventilation: A Randomized Clinical Trial. Jama 2019;321:2175-82.
  2. Sklar MC, Burns K, Rittayamai N, et al. Effort to Breathe with Various Spontaneous Breathing Trial Techniques. A Physiologic Meta-analysis. American journal of respiratory and critical care medicine 2017;195:1477-85.
Dernière mise à jour : 18/06/2019

2 commentaires sur “Epreuve de sevrage avant extubation : des nouveaux résultats et du changement pour tous ? par le Pr Arnaud W Thille

  1. Didier Dreyfuss le

    Le problème n’est pas là. Il est évident qu’il n’y a pas equipoise entre les deux bras puisqu’on sait qu’une épreuve de ventilation spontanée sur tube de deux heures est susceptible de générer une fatigue des muscles respiratoires qui peut donc causer l’échec du sevrage.
    Le caractère éthique ou non de cette étude se discute.

    Répondre
  2. Gabriel Preda le

    Des remarques justes. C’est étonnant de voir une épreuve de SBT de 2h avant l’extubation. On pourrais dire que malgre ça ils ont réussi de ne pas être reintubés

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *