La vie n’est pas toujours ROSE…

     Une lecture sommaire de l’étude ROSE (Reevaluation Of Systemic Early Neuromuscular blockade) peut amener à conclure hâtivement à l’absence de bénéfice à l’utilisation des curares à la phase aiguë du SDRA sévère.

ROSE permet de répondre à une des questions soulevées par l’étude ACURASYS : l’effet favorable était-il lié à la seule curarisation ou est-ce que cela s’intégrait dans une stratégie globale de ventilation protectrice et d’incitation au sevrage précoce ? Le design de ROSE est différent de celui d’ACURASYS : inclusion avant toute optimisation de la ventilation mécanique et de la sédation, PEEP haute, utilisation parcimonieuse du décubitus ventral, absence d’incitation au sevrage rapide.

L’étude montre que la curarisation seule n’a pas d’effet sur la mortalité….ni d’effet péjoratif sur la durée de ventilation ou la récupération physique. Eu égard aux arguments avancés contre les curares il y a une dizaine d’années, ce dernier point est très important. Ce qui reste inexpliqué est que bien qu’aucune différence de mortalité entre les groupes contrôles ne soit observée, la mortalité du groupe interventionnel est plus élevée dans ROSE (42,5%) que dans ACURASYS (31,6%).

Il reste maintenant à identifier quels patients bénéficient d’une stratégie incluant la curarisation, dans quels cas la curarisation peut être préjudiciable et quels sont les autres éléments de prise en charge pouvant agir de façon additive ou synergique sur le pronostic (décubitus ventral, niveau de PEEP,….). Les RFE de la SRLF sont plus que jamais d’actualité !

Dernière mise à jour : 05/06/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *