Monsieur Vincent Lambert

La Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) souhaite témoigner sa solidarité avec les équipes du CHU de Reims qui prennent en charge depuis de longs mois Mr Vincent Lambert dans des conditions rendues bien difficiles par les pressions extérieures dont elles font l’objet. La SRLF regrette profondément l’utilisation militante du cas de ce jeune homme.

A cette occasion, la SRLF souhaite rappeler les points suivants :

– ​​Il ne faut en aucun cas faire la confusion entre handicap, même très lourd, et état pauci-relationnel ou « végétatif »

– Un arrêt des traitements de suppléance (ici la nutrition et l’hydratation) est conforme à l’éthique et à la loi

– La sédation profonde permet de supprimer tout risque d’inconfort dans ces circonstances qui ne sont en aucun cas de l’euthanasie

– En toute circonstance, la volonté du patient doit être au centre des décisions le concernant

– Le conflit actuel autour du cas de M. Vincent Lambert aurait très probablement pu être évité si celui-ci avait rédigé des directives anticipées. La loi française permet dorénavant la rédaction de telles directives et en précise les modalités. La SRLF encourage tous nos concitoyens à rédiger de telles directives (cf lien ci-dessous).

Le Conseil d’Administration de la SRLF

Pour en savoir plus sur les directives anticipées, cliquez ici.

Dernière mise à jour : 27/05/2019

31 commentaires sur “Monsieur Vincent Lambert

    • Vergejudet le

      La médecine protégée par la loi a pris des décisions qui ne sont plus , il faut laisser la porte ouverte ,les choix sont en deçà d’une connaissance plus avancée ,et pourront être oubliés et masqués comme par le passé .La médecine est constante ,universelle ,elle est singulière ne faisant fi ni de psychologie ni de la justice ni des sciences . Elle est compassion quand la maladie fait regretter de ne pas être en 3019 .
      Anne-Marie Verge-Judet
      PS :L’equipe Soignante est en bonne santé ,peut-être faut il changer d’air mais elle se doit d’etre a la hauteur ,c’est un honneur et personnellement ,je n’aimerais pas qu’on me plaigne .

  1. Thiriet Rosemay le

    Dramatique pour toute la famille et également pour lui et pour tous les soignants.
    Effectivement que nous donnions tous par écrit nos souhaits afin d’éviter que ne se renouvelle ce genre de situation.

    Répondre
  2. PHILIPPE MAUBORGNE le

    Je suis content de voir ce genre de parution ! Merci , ça prouve qu’il y a encore des gens de bon sens !

    Répondre
  3. Andlauer Martine le

    Je suis membre de l’ADMD et je ne souhaite à personne le sort de Vincent Lambert. Bravo à toute l’équipe qui s’occupe de lui au quotidien

    Répondre
  4. Patricia le

    Quelle tristesse ! Pourquoi ne pas avoir pris en compte la parole de son épouse plutôt que celle de ses parents ?? Cela n’engage évidement que moi mais je trouve cet acharnement simplement une preuve d’égoïsme et non pas d’AMOUR . Félicitations aux équipes médicales pour leur travail et leur courage.

    Répondre
  5. Rinié le

    Trous grosses affirmations trompeuses :
    1-«  un arrêt des traitements est conforme à l’éthique, et à la loi. » Dit en français simple : on laisse mourir de faim, mais c’est normal et la loi le permet.
    2: « la sédation profonde permet de supprimer tout risque d’inconfort » en Français simple, on le tue mais il ne s’en rendra pas compte, car pas de torture …
    3: «  en toute circonstance, la volonté du patient doit être au centre des décisions le concernant », en Français simple, il l’a demandé et donc on respecte son choix. Sauf que là aussi personne ne peut apporter le moindre élément justifiant.
    Il s’agit bien d’euthanasie, et il s’agit de préparer les lois futures pour supprimer tous les cas gênants. L’être Humain qui était depuis toujours au centre de toutes les priorités devient une marchandise à recycler après usage. Avec le soutien de nos concitoyens désinformés et nourris à la sauce progressiste.

    Répondre
    • Dubi le

      Merci Rinié, totalement en accord avec ce que vous avez exprimé de manière concise!

    • Zazo de la Télindière le

      J’aurais tendance à penser que vous avez besoin d’approfondir votre sujet. Moi aussi ne connaissant que trop peu le problème je n’aurais jamais compris. Déjà pour vous aider. Mettez vous dans un lit avec interdiction de bouger d’un millimètre. Vous allez voir vos douleurs dès la première nuit! Avec impossibilité d’appeler au secours. Les soins anti escarres sont là heureusement mais pendant 10 ans!?…

  6. Clément TATAR le

    1. La SRLF a-t-elle pensé à la fille mineure de Vincent LAMBERT ? A ses parents progéniteurs ?
    2. La dérive d’une extension directe à tous les personnes en dépendance incapables de consentir et imposer un arrêt des soins vitaux.
    3. Les 15 besoins de Virginia ?
    4. Schumacher est dans la même situation…

    Répondre
  7. Lehouck le

    Personne ne peut décider de reprendre la vie à quelqu’un. Surtout pas un gouvernement….personne ne sait s il pense et ce qu il pense a l instant… on a tous dit un jour vivre amoindri ne m intéresse pas mais le dire et le vivre est différent… très difficile…

    Répondre
    • Yonéa le

      un gouvernement devrait faire respecter les lois ! Au moins ! Je dis ce jour OUI ! ce jour et je ne veux pas que quiconque modifie quoi que ce soit de mes volontés qui sont rédigées en bonne et dûe forme ; inscrites au fichier national ADMD. Adhérente depuis 2014. Le vivre est différent….. Forcément….. vu l’état dans lequel on peut se retrouver…… mais il est alors trop tard !! On ne sait pas ce que l’avenir réserve ; Il faut se préparer et ne pas perdre de vue que les paroles s’envolent et que les écrits restent, et que des familles entières se déchirent quand rien n’a été fait (courant chez les personnes âgées, trés âgées).
      De tout coeur avec l’équipe du CHU REIMS sans exception du plus petit au plus grand.
      Il faut arrêter de comparer Handicap (On peut vivre avec un handicap) . Vincent ne vit pas. Ce n’est ni un légume, ni un handicapé, c’est un être humain qui ne peut bouger, s’exprimer. Un être humain mort vivant. Cette stupide loi qui nous laisse mourir de fin et de soif doit être revue, modifiée, mais comme trop de lois décidées par des têtes bien pensantes égoïstes.

  8. Pinsard Florence le

    Moi même responsable d’une équipe soignante je partage tous les témoignages de soutien à Mr Lambert et aux équipes de Reims qui malgrès tous leur ressentis font leur travail avec professionnalisme et respect.

    Répondre
  9. Doriath le

    Mr Lambert n’est pas un légume! Il n’a pas de traitement médical . Il est juste lourdement handicapé Ne plus l’alimenter ( même sous sédatifs) veut dire l’amener à mourir de faim et de soif ! Celà ne constituerait-il pas un crime avec préméditation ?

    Répondre
    • Brimbelle le

      Bien sûr que si Vincent Lambert est sous traitement médical ! Un important protocole médicamenteux est mis en place pour CHAQUE patient en état végétatif chronique ou état pauci-relationnel. Ne serait-ce que pour gérer leur douleur, les risques élevés de crises d’épilepsie, les continuelles infections, problèmes respiratoires, etc. etc. Mon fils est dans le même cas que Vincent Lambert, je sais de quoi de parle. Vincent LAMBERT n’est pas lourdement handicapé, il est en état de conscience minimale. Rien à voir !

  10. Sophie le

    Vincent Lambert, il me semble, n’est pas en réanimation…
    Cette prise de position signifie t-elle qu’il faudrait alors cesser d’hydrater et de nourrir puis sédater jusqu’à ce que mort s’en suive tous les patient en EVC ou EPR ?
    J’aimerais que vous m’éclaircissiez sur votre point de vue plus précisément…

    Répondre
    • Boris le

      Comme vous semblez l’ignorer, je vous informe que oui, c’est une pratique courante en milieu hospitalier. Les patients qui se trouvent en EVC, EPR ou équivalent, après avis médical confirmant l’absolue irréversibilité de leur état, mettent fin à l’acharnement thérapeutique après consensus avec la famille.

      Le seule différence avec l’affaire VL, c’est que ça se passe en général très bien et que les familles qui sont confrontées à ces cas n’étalent pas ça sur la place publique.

  11. Petit Sylvie le

    Mais quelle souffrance de penser que cet homme gît depuis toutes ces années sur son lit d’hopital, est ce vivre ??????? Je pense profondément à sa femme, si effacée , une famille brisée
    Toutes mes félicitations à l’équipe médicale de Reims pour leur dévouement

    Répondre
  12. Nelly Couturier le

    J’adhère complètement. L’amour que l’on porte à un être proche veut aussi dire savoir le laisser partir…

    Répondre
  13. Fournier le

    Aujourd’hui il faut du courage pour simplement raisonner sainement. Pas d’accord pour donner des directives anticipées, on change et ça ne servirait qu’à exonérer certains de leur responsabilité. Vincent qui vit avec ce handicap depuis 10 ans n’est donc pas en fin de vie, qu’est-ce qui empêcherait un entourage pressée d’utiliser des directives anticipées pour se débarrasser d’un handicapé en le prétendant « en fin de vie » ?

    Répondre
  14. Nathalie Seewer le

    J ene peux que féliciter le CA.
    Il est vraiment impératif pour tout le monde, jeune ou âgé, d’écrire sur papier ce que l’on désire ou pas en cas d’hospitalisation: Il faut bien noter ses souhaits, afin que les proches et le service médical soient au courant et ainsi éviter à ces derniers de décider à votre place. Ceci parle aussi pour le don d’organes, réfléchissez-y!
    Merci!

    Répondre
  15. Julie le

    Je suis infirmière et je suis de tout coeur avec l’équipe soignante de Vincent Lambert, au coeur malgré eux, de cette bataille. La volonté qu’ont pu exprimée ces patients, sans avoir redigé de directives anticipées, doit être le moteur principal des décisions les concernants. La diffusion de la culture palliative est primordiale pour une plus grande clarté aux yeux de tous. Les directives anticipées sont le seul moyen pour que votre vie jusqu’à la mort vous appartienne.

    Répondre
  16. LE NOURS BRIGITTE le

    je comprend la réaction de cette mère qui ne peut voir son fils disparaître à jamais mais n’est ce pas de sa part une attitude purement égoïste ? nous entendons peu sa femme qui devrait avoir la 1ère place dans cette décision et qui se trouve également dans la souffrance. Pourquoi rajouter de la souffrance à la souffrance ?
    bravo à l’équipe soignante qui doit supporter une telle situation intolérable

    Répondre
  17. MONIQUE PARISOT le

    Merci pour ce soutien au CHU. Je suis tellement triste pour ce jeune homme. J’ai rédigé mes directives anticipées depuis des décennies mais je viens de les renouveler récemment, suite à cette triste histoire. J’ai également ma carte de donneur d’organes et je fais don de mon corps à la science. J’ai tenté de palier à tous les problèmes qui pourraient se poser. J’invite le maximum de personnes à rédigé leurs propres directives. Cela devrait éviter ce genre de situation.

    Répondre
  18. Coco le

    Merci le srlf. La bêtise et l’embrigadement, voire la vénalité ont trop fait de dégâts. Laissez Vincent partir, sa femme et sa fille se reconstruire…

    Répondre
  19. Audrey le

    Je suis et milite pour le droit à l’euthanasie. J’ai vu trop de proches souffrir sachant qu’il n’en avait plus pour longtemps à vivre sur cette terre. Les voir dans la douleur, maigre car incapable de se nourrir et j’en passe! Les soins palliatifs sont une véritable torture pour les patients, comme pour les proches qui voient ceux qu’ils aiment, souffrir énormément et dépérir. Pourquoi infliger cela aux gens qui supporte déjà le poids de la maladie ? Personnellement, j’irai en Suisse ou en Belgique pour me faire euthanasier, rien que pour garder ma dignité jusqu’au bout. J’ai déjà fait un papier dans ce sens d’ailleurs. Hors de question que je finisse dans le même état que mes proches hospitalisés en soins palliatifs, hors de question !
    Les animaux ont cette chance d’être digne devant la mort. On peut choisir la façon dont on peut se soigner mais pas celle de mourir. Où est la liberté ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *