Epuration extra-rénale en réanimation aldulte et pédiatrique

La prévalence de l’insuffisance rénale aiguë (IRA) en réanimation, dans une population non sélectionnée, est particulièrement élevée de l’ordre de 40 % et requiert une technique d’épuration extrarénale (EER) dans un peu moins de 20 % des cas. L’utilisation de définitions consensuelles (RIFLE, KDIGO) pour le diagnostic et l’appréciation de la sévérité de l’IRA permet de comparer les pratiques, telles que le recours aux techniques d’EER. Il apparaît de grandes disparités entre les différentes études. Ainsi, le groupe FINNAKI retrouve une prévalence du recours à l’EER variant de 3 à 36 % suivant les différents services de réanimation alors que la mortalité des patients n’est pas différente. L’absence de critères consensuels de recours à l’EER crée de grandes variabilités, notamment dans les populations de patients septiques pour lesquelles certaines équipes utilisent ces méthodes dans des indications autres que la seule suppléance de la défaillance rénale aiguë.

Télécharger les fichiers attachés

Documents attachés
Dernière mise à jour : 16/06/2016